"Là! c'est de la Musique" édition 2021 PARRANDA LA CRUZ

Plateaux "Prix des Musiques d'Ici" - Les femmes à l'honneur.

Second concert de la soirée du mercredi 14 juillet à 21h30, le groupe Parranda La Cruz, lui aussi lauréat du Prix des Musiques d'Ici, poursuivra ce cycle mettant les femmes à l'honneur dans l'espace cour du Collège Joseph Vernet à Avignon.

Ce sera l'occasion de découvrir une autre facette de Rebecca Roger déjà entendue dans le trio AA'IN.


Formé en 2018 à Lyon, le groupe Parranda la Cruz, est le fruit de la rencontre de la vénézuélienne Rebecca Roger, de la française Margaux Delatour, passionnée de musiques latines et des deux percussionnistes réunionnais Luc Moindranzé et David Doris. Bien que de formation classique et baroque (elle interprète des ensalatas, pièces baroques métisses d’Amérique latine), Rebecca Roger, l’âme du groupe, se passionne pour les musiques du Barlovento, des rythmes perpétués par les descendants des esclaves venus du Congo et d’Angola. Son rêve est dès lors de faire connaître, à l’instar de la cumbia ou des musiques afro-cubaines, ce style trop méconnu rythmé par les culo e’ puya, le mina et surtout les quitiplás, petites percussions mystiques à base de bambous, fabriquées selon certains cycles de la lune. Jouées dans ce berceau du vent et du cacao, ces traditions musicales prennent un genre nouveau dans la région lyonnaise où elles se métissent au contact des rouleurs ou roulèr, tambours du maloya frappés par Luc Moindranzé et David Doris, membres du collectif Tikaniki qui réunit à Lyon des musiciens autour du maloya, ces deux percussionnistes ignorent tout de la culture vénézuélienne, ne parlent pas espagnol et doivent s’initier aux chants, aux placement des voix et aux tempos très précis de cette musique. Mais ils partagent, par la culture du maloya, la dimension organique de cette musique (lien avec le feu, la terre, la transe) et l’utilisation des onomatopées. Les musiques du Barlovento, musiques festives et ambulantes ont évolué avec les siècles et se sont métissées, intégrant des congas, des cajons et des tambours proches des rouleurs comme les tambours fulia. Le groupe Parranda La Cruz s’inscrit donc dans une évolution naturelle. Après une résidence de création et des tournées en 2019 et 2020 dans l’hexagone, il s’apprête en 2021 à sortir son premier album.

© Mathieu Villard